Logistique digitale en Belgique: Un rapport d’ING & Startups.be

Temps de lecture: 2 minutes

ING, une institution financière mondiale d’origine néerlandaise, s’est associée à Startups.be pour étudier l’écosystème de la logistique en démarrage en Belgique. Pourquoi les start-ups? Parce que des start-up comme Sensolus peuvent faciliter la tâche des entreprises de logistique avec des solutions numériques innovantes. En 2017, la Banque nationale belge a révélé que 3,3% de l’emploi en Belgique et 2,9% du PIB sont générés par le secteur de la logistique. Cela équivaut à 134 000 emplois et 8900 entreprises. Raison suffisante pour discuter de la manière dont les entreprises de logistique innovent aujourd’hui et comment elles peuvent continuer à le faire. Puisque Sensolus est une solution de suivi et de surveillance industrielle en logistique, notre PDG, Kristoff Van Rattinghe, a contribué avec joie au rapport.

Ce rapport constitue une mise à jour précieuse de la dynamique du paysage logistique belge, composé de cinquante-sept pages. Pour vous faciliter la tâche, nous répertorions dans cet article les principales conclusions du rapport.

“La logistique a toujours été une marchandise, mais elle est désormais un vrai changeur de jeu” – Joost Uwents, PDG de WDP

Démographie

Le rapport se concentre sur les start-ups belges actives dans la logistique et la chaîne d’approvisionnement. Au total, la base de données d’ING contient 84 entreprises en démarrage, principalement de type b2b, actives dans ce secteur. Géographiquement, nous remarquons que ces start-ups sont réparties dans tout le pays. Bien qu’Anvers et Bruxelles soient deux clusters importants en raison de la présence d’un port et d’aéroports. Si nous regardons les produits et les services proposés par ces jeunes entreprises, Sensolus fait partie du deuxième plus grand groupe, Track & Trace. Pour Sensolus, cela signifie le suivi et la surveillance des biens non alimentés à l’aide du réseau Sigfox à faible consommation d’énergie.

Défis

Bien que la logistique soit très diversifiée, il existe des défis communs. Un élément crucial est la fragmentation et l’échange d’informations. Outre quelques géants dans le paysage, il y a beaucoup de petits joueurs. Le défi ici n’est pas nécessairement technologique. Il s’agit de la volonté de communiquer entre entreprises de logistique (concurrentes). Les entreprises de logistique sont également confrontées à un besoin pressant d’optimisation des capacités, à une guerre des talents et à l’obtention d’un financement pour de nouveaux services et produits.

“Il est essentiel de créer de la visibilité dans les processus logistiques pour que différentes parties prenantes puissent coopérer.” – Kristoff Van Rattinghe, PDG de Sensolus

Internationalisation

La majeure partie des start-ups actives dans la logistique et la chaîne d’approvisionnement génèrent des revenus à l’étranger. Géographiquement, ils sont principalement actifs en Europe et dans les pays voisins. Si vous regardez les perspectives d’avenir, l’Amérique du Nord et l’Asie sont considérées comme des marchés en croissance potentiels. En outre, plus de 75% des jeunes entreprises reconnaissent que les partenariats sont essentiels à une croissance durable à l’étranger.

Financement

De 2008 à 2018, 68.884.000 euros ont été investis dans des start-up actives dans les domaines de la logistique et de la chaîne d’approvisionnement, réparties sur 37 start-ups.

Lorsqu’on jette un coup d’oeil sur la répartition du capital, nous constatons que Track & Trace a attiré l’essentiel du financement.

Technologies

Sur le plan technologique, les données de Startups.be montrent que le SaaS, les technologies de l’information et l’Internet des objets sont les plus répandus parmi les jeunes entreprises. Sensolus se situe dans le segment de l’Internet des objets, y compris les capteurs IoT et SaaS pour les outils d’optimisation de la chaîne logistique.

“L’informatique est au cœur de nos activités, aussi bien dans les activités de transport que d’entreposage.” – Erik Lamoral, CIO H.Essers

Employés

La plupart des nouvelles entreprises actives dans la logistique et la chaîne d’approvisionnement sont de très petites entreprises comptant moins de dix personnes dans leur équipe. Aucune surprise par rapport aux autres start-ups belges. Ce qui est remarquable ici, c’est que près de 80% des nouvelles entreprises ont recours à des freelancers.

Outre ces résultats, le rapport contient des entretiens avec les principaux acteurs de la logistique et des entretiens avec des entreprises en démarrage actives dans les domaines de la logistique et de la chaîne d’approvisionnement.

Notre PDG, Kristoff Van Rattinghe, partage sa vision et son expertise aux pages 50-51.

Vous pouvez consulter le rapport complet ici. Notez qu’il n’est disponible qu’en néerlandais.

Curieux d’en savoir plus sur Sensolus? Contactez nos experts.